HAUT

Le vélo, le casque et le risque?

Dois-je portez un casque lors de mes déplacements à vélo ?

Moi-même cycliste, cette question, je me la suis posée maintes fois. Pour y répondre, je me suis documentée sur le sujet. Quelle est la réglementation ? Quelle protection apporte un casque ? Qu’en disent les statistiques ?

En formation, je partage souvent cette réflexion avec mes auditeurs pour illustrer l’omniprésence de la gestion des risques. Dans notre quotidien personnel et professionnel, nous entamons souvent ce type de raisonnements, d’une manière plus ou moins poussée, en fonction de la situation. J’ai donc lu avec une particulière attention l’article Pour ou contre le casque à vélo ? paru dans Sport & Vie de ce mois.

Cet article est une analyse des risques rédigée et étayée de statistiques. Sans vous en dévoiler les conclusions, en voici une synthèse théorique :

Itération n°1

L’actif : le cycliste
La vulnérabilité : « la tête est la partie la plus vulnérable »
La menace : une chute entraînant un coup sur la tête
Les conséquences : blessure, handicap, mort
Vraisemblance : faible, zéro chute en 2 ans sans casque (statistique basée sur mon propre cas)
Le scénario de risque : accident entre un automobiliste et un cycliste (roulant à moins de 30km/h) entraînant la chute de ce dernier et un choc de sa tête contre un trottoir. Le cycliste est transporté à l’hôpital, il souffre de contusions multiples.
Mesures de traitement du risque :

  • Refus : arrêt de la bicyclette, le risque résiduel devient « nul ».
  • Transfert : assurance. Dans ce cas le risque résiduel n’est pas modifié (les conséquences identifiées ne sont pas concernées).
  • Acceptation : le cycliste reste tête nue, le risque résiduel n’est pas modifié.
  • Réduction : port du casque, le risque résiduel, si l’on se base sur les statistiques est de -70% des hospitalisations.

Comment faire un choix de traitement de risque ? Une partie de la réponse se trouve justement dans la suite de l’article de Sport & Vie, alors continuons !

Itération n°2

Admettons que j’opte pour le port du casque. Quels sont alors les nouveaux risques ?

Nouvelle menace n°1 : avec un casque, le cycliste au comportement prudent tend à un comportement à risque.

« […] l’impression de vulnérabilité que l’on ressent lorsqu’on roule tête nue incite à la prudence tandis qu’à contrario le sentiment de sécurité inspiré par le casque pousse à prendre des risques. […] Les chercheurs anglais parlent de « Risk compensation » à ce propos. »

Nouvelle menace n°2 : l’automobiliste est moins protectionniste face à un cycle casqué que face à un cycliste tête nue.

« Une étude menée en Grande-Bretagne avec une caméra embarquée, révélait que les voitures passent plus près lorsque les cyclistes étaient casqués que lorsqu’ils ne l’étaient pas. »

Les conséquences : blessure, handicap, mort

Vraisemblance : faible, zéro chute en 8 ans avec casque (statistique basée sur mon propre cas)

Le nouveau scénario de risque : accident entre un automobiliste et un cycliste (roulant à plus de 30km/h) entraînant la chute de ce dernier et un choc de sa tête contre un trottoir. Le cycliste est transporté à l’hôpital, il souffre de contusions multiples et graves car il roulait à plus de 30km/h (un casque de vélo est moins efficace au-dessus d’une vitesse de 30km/h).

Comme mesures de traitement du risque, je peux choisir de n’emprunter que des trajets avec des pistes cyclables, mais dans ce cas, le piéton entre en jeu ! Je peux également, décider de réduire ma vitesse ou encore de porter un casque de moto, etc. Comme le rappel cet article dans Sport&Vie, « partout le sujet du port du casque fait débat ! ». C’est en cela qui est intéressant dans notre cas. Il illustre particulièrement bien le rôle de coordinateur du Risk Manager.

Le Risk Manager

Le Risk Manager doit pouvoir animer les débats, prendre en compte l’ensemble des arguments, et apporter des données objectives pour aider les décideurs à faire leur choix. Le Risk Manager doit également savoir quand il est nécessaire d’arrêter les recherches pour une itération puis la revue du risque dans les itérations suivantes tout en gardant un niveau d’observation (ou surveillance du risque). Sans quoi, certains sujets ne seraient jamais traités et certaines décisions en perpétuelle permutation.

Be Sociable, Share!

Ecrire un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>